Appareillages

La brique de parement ne définit pas à elle seule le cachet d'une façade. L'appareillage est également déterminant. Quelles sont les possibilités, quels appareillages conviennent à votre projet ?

Le rôle des appareillages

Quand les briques de parement avaient également une fonction structurelle, les murs extérieurs étaient pleins. C'est ce qu'on appelle communément un simple mur. L'ensemble du mur extérieur était composé de briques de parement et affichait une épaisseur de 210 mm. Au fil du temps, la maçonnerie a perdu sa fonction structurelle. Aujourd'hui, sa fonction est esthétique, ce qui permet de pouvoir choisir parmi de nombreux appareillages. 

Choisir judicieusement un appareillage ou une combinaison d'appareillages permet d'apporter un cachet et un caractère supplémentaires à votre projet.  Toutes les techniques de pose ne sont pas adaptées à tous les appareillages. La maçonnerie sans joint est essentiellement appliquée aux appareillages sauvages. Nous revenons avec vous sur les différents appareillages disponibles.

Le rôle des appareillages

Appareillage à demi-brique

L'appareillage à demi-brique est le plus connu et le plus répandu des appareillages pour poser des briques de parement avec joint. Cet appareillage se compose essentiellement de briques pleines. Les panneresses de la brique sont utilisées. Elles sont empilées de sorte que les joints verticaux alternent avec la moitié de la longueur de la brique supérieure et inférieure. Les boutisses des briques sont uniquement visibles au niveau des angles du bâtiment et des raccords de portes et fenêtres. Cette méthode de pose entraîne peu de pertes de matériaux et limite les découpes de briques. 

L'appareillage à demi-brique est surtout utilisé dans les ouvrages de maçonnerie avec joint. Dans un ouvrage sans joint, chaque brique doit être raccourcie pour faire ressortir les joints. 

Appareillage sauvage

Appareillage sauvage

L'appareillage sauvage utilise différentes longueurs de briques, à l'exception des longueurs inférieures à 1/4 de brique. Pour réaliser un appareillage sauvage, quelques règles doivent être respectées :  

  • Chaque rang pair ou impair doit démarrer avec un mulot (brique trois-quarts). Les autres rangs démarrent au choix avec une boutisse ou une panneresse. 
  • Seules des boutisses et des panneresses sont placées de façon aléatoire dans le mur. 
  • 4 à 5 panneresses maximum peuvent être placées les unes à côté des autres. 
  • 2 boutisses maximum peuvent être placées l'une à côté de l'autre. 
  • Un escalier de 5 à 6 marches maximum peut apparaître. 

Cet appareillage est recommandé pour la maçonnerie ou le collage de briques de parement qui demande une faible stabilité dimensionnelle. Il n'y a parfois pas d'autre solution pour les briques réutilisées.  

Ce type d'appareillage est surtout utilisé dans les ouvrages de maçonnerie sans joint car il n'est pas nécessaire de couper toutes les briques pour ce type d'ouvrage. 

Appareillage en piles ou carrelage

Avec un appareillage en piles/carrelage, vous soulignez la verticalité de la maçonnerie. Les briques de parement sont empilées les unes au-dessus des autres de manière à ne jamais interrompre les joints verticaux et horizontaux. 

Cet appareillage peut être réalisé avec des panneresses ou des boutisses. Un appareillage avec boutisses sera plus coûteux en raison des nombreuses découpes. 

Autre point important pour un appareillage en piles, le mur perd sa force structurelle. Cela peut être résolu en ajoutant une armature horizontale. Il est recommandé de demander conseil à un bureau d'études de stabilité. 

Appareillage en piles ou carrelage
Appareillage incliné

Appareillage incliné

L'appareillage incliné est une variante de l'appareillage à demi-brique. Les joints verticaux arrivent toujours à ¼ ou ¾ de la panneresse. Cela donne à l'appareillage son aspect « incliné ». 

Si l'inclinaison des couches suit 1 direction, la construction peut sembler instable.  

L'inclinaison peut être orientée vers la gauche ou la droite. Pour casser les longues rangées de briques inclinées, vous pouvez inverser l'inclinaison à une certaine hauteur, créant ainsi un effet zigzag. 

Placez un mulot en début de rang pour modifier l'inclinaison vers la gauche ou la droite. Placez un mulot toutes les 2 couches pour créer un effet de « verticalité ». 

Appareillage debout

L'appareillage debout se compose de rangées de boutisses et de panneresses. Chaque rangée commence par une brique trois-quarts ou une boutisse. La rangée qui commence avec la brique trois-quarts se compose d'une succession de panneresses. La rangée qui commence avec une boutisse se compose d'une succession de boutisses. 

De ce fait, les briques utilisées sont pleines ou il s'agit de demi-briques. Cela permet de limiter les pertes ou les déchets. 

Appareillage debout

Appareillage en bloc

Un appareillage en bloc est un appareillage de maçonnerie dans lequel un « bloc » est créé puis reproduit à un certain rythme. Un motif répandu consiste à créer un bloc de 4 briques dans un appareillage en piles, lequel pivote à 90 degrés puis est reproduit. Une alternative consiste à réaliser un appareillage en piles avec 2 briques, les 2 couches suivantes étant décalées d'une demi-brique. On obtient ainsi une sorte de double appareillage à demi-brique. 

Appareillage en bloc
Appareillage en croix

Appareillage en croix

Comme son nom l'indique, cet appareillage laisse apparaître des croix dans le motif. Celles-ci apparaissent en raison de l'alternance constante entre une rangée de boutisses et une rangée de panneresses, comme pour l'appareillage debout. 

Il existe 2 variantes : 

  1. Appareillage en croix « Travaux publics » Une brique ¾ est placée à l'extrémité de la couche de panneresses. Toutes les 4 couches, une boutisse est placée à côté de la brique ¾. Un chevauchement d'une demi-brique apparaît ainsi. 
  2. Appareillage en croix « Travaux privés »  La brique ¾ N'EST PAS placée dans la couche de panneresses mais dans la couche de boutisses. Elle n'est en outre pas placée à l'extrémité de la couche mais à côté de la boutisse qui forme l'extrémité. Toutes les quatre couches, une boutisse est placée dans la couche de panneresses pour créer un chevauchement d'une demi-brique. 

Appareillage en chaîne

Toutes les couches de l'appareillage en chaîne alternent une boutisse et deux panneresses. Toutes les deux couches, les boutisses sont parfaitement placées les unes sous les autres, créant ainsi l'effet d'une « chaîne ». Contrairement aux appareillages debout ou en croix, le nombre de boutisses est restreint. 

Appareillage en chaîne
Appareillage en boutisses

Appareillage en boutisses

Un appareillage en boutisses peut être considéré comme un appareillage à demi-brique dans lequel les boutisses remplacent les panneresses. Toutes les couches sont exclusivement composées de boutisses placées à demi-brique. Pour veiller à ce que cet appareillage en boutisses à demi-brique soit réussi, il est indispensable de commencer une couche avec une boutisse puis une autre avec une brique trois-quarts et ainsi de suite. 

L'appareillage en boutisses est également parfois combiné avec un appareillage à demi-brique standard pour réaliser plus facilement un arrondi dans un mur, par exemple. 

Conseil : pour de telles applications, il est également possible de commander des briques moulées spéciales pour préserver l'appareillage à demi-brique avec panneresses. Le prix de revient d'un tel appareillage est sans doute plus élevé. Alternez la direction pour chaque couche. 

Appareillage flamand

Cet appareillage ressemble à l'appareillage en croix si ce n'est que toutes les couches se composent de boutisses alternées avec des panneresses. Dans un appareillage en croix, l'alternance se fait couche par couche et non au sein de la même couche. 

Appareillage français

L'appareillage français est une variation sur le thème de l'appareillage flamand. Les similitudes sont clairement visibles mais les deux appareillages ne sont pas identiques pour autant. Chaque couche de l'appareillage français se compose de l'alternance d'une panneresse et de deux boutisses. 

 

Appareillage flamand

Sans joint vertical

Pour souligner les lignes horizontales de la façade, il est possible de travailler sans joint vertical. Le fait de poser les briques de parement les unes contre les autres sans mortier permet de faire disparaître les joints verticaux et de garder uniquement les joints horizontaux. Les lignes horizontales de l'ouvrage de maçonnerie sont ainsi soulignées. Cette méthode élégante permet d'allonger visuellement le bâtiment. 

Sans joint vertical

Claustra ou appareillage brésilien

Certains appareillages font également office d'éléments de décoration. Ils ne sont donc pas appliqués sur l'ensemble du projet mais permettent de créer un effet spécial dans une zone précise de la façade ou du bâtiment. Ils offrent toutes sortes de possibilités créatives. Les briques de parement sont placées les unes sur les autres de sorte à créer des ouvertures. Résultat : un effet de transparence. Une solution originale et élégante pour rendre partiellement visible une construction en arrière-plan ou pour laisser entrer plus de lumière. 

Claustra ou appareillage brésilien

Prenez contact avec un expert

Vandersanden

Avenue de Machelen 14
FR-59250 Halluin (Menen)

T +33 (0)320 23 93 00
E france@vandersanden.com
Afficher tous les sites


Trouvez une salle d'expo près de