Vandersanden

Comme un tapis volant

Pavés coloriés un par un

Rixt Hofman est architecte paysagiste de formation. À la municipalité de Beverwijk, elle est responsable administrative de l’aménagement des espaces verts et des lieux publics. C’est elle qui a eu l’idée du tapis d’Orient. Son confrère Rob Stapersma est chef de projets. Rixt et Rob ont collaboré de A à Z à la réalisation de ce chantier particulier qui s’inscrit dans le cadre d'un projet plus vaste de redéploiement du boulevard du meuble.

Nouveau haut lieu de Beverwijk

« Le plan territorial Parallelweg Mix & Match a vu le jour dans l’optique de revitaliser le boulevard du meuble de la municipalité, explique Rob. Cet embellissement du cadre de vie donne de l'élan à la région. Le Kop van de Haven, comme on l’appelle, est censé devenir un lieu branché, un endroit où il fait bon flâner, n’ayant plus rien à voir avec le parking anonyme et commun qu'il était auparavant. En plus, ce quartier situé le long de l’eau est relié au centre de Beverwijk. »

Une esplanade en clin d'œil

En prélude à l'aménagement de l'espace public, les entreprises du boulevard du meuble ont été convoquées et réunies. Rixt revient sur le projet : « Quelque chose de massif, trapu, avec un petit clin d'œil. C’est sur la base de ces mots clés que je me suis mise à l’ouvrage. L'idée du tapis d’Orient m’est venue assez vite. C’est une référence aux tapis qu’on vend par ici, mais aussi à De Bazaar, le plus grand marché couvert d'Europe, qui se trouve juste au coin de la rue. Nous avons aussi modifié l'aménagement de l'espace public. Avec les grands lampadaires, les pots de fleurs et le tapis, on se croirait dans son salon. Il était là, le gros clin d'œil ! »

Pavés coloriés un par un

La phase de conception ne s’est pas déroulée comme à l'accoutumée, précise Rixt. « J'ai tout bonnement fait des recherches sur les tapis d’Orient sur Internet. J’ai finalement retouché sur ordinateur un motif de tapis qui me plaisait de manière à ce que les couleurs ressortent bien. Ensuite, j'y ai superposé une grille pour représenter les pavés. J'ai les ai ensuite coloriés un par un à la main. Un sacré boulot ! Le motif nous a donné du fil à retordre. Par exemple, sur plan, je suis partie sur des pavés au format KF. Finalement, nous avons opté pour le format plus épais. »

« Après transposition du motif en dessin technique au format DF, il s'est avéré que le tapis était raccourci d’un tiers. Ce n’était pas joli. L'entrepreneur a alors dû beaucoup cogiter pour trouver la parade, mais il y est arrivé. C’est génial ! Pour le motif, j'ai employé quatre coloris : le jaune, le marron, le rouge et le mauve. Je m'étais imposé cette contrainte, sinon le pavage aurait été impossible à mettre en œuvre. Les pavés mauves repèrent toujours les bords du motif. » Le résultat est plutôt réussi. Rixt et Rob ne sont pas les seuls à être de cet avis. Les commerçants et les marchands sont agréablement surpris par l'originalité de cette esplanade.

Partenariat professionnel pour un résultat hors pair

En tant que chef de projet, Rob était responsable du bon déroulement du chantier. Et ce n'était pas une sinécure vu la nature du chantier. Satisfait, il revient sur le déroulement et la mise en œuvre par l'entrepreneur. « L'entrepreneur s’est acquitté de sa mission haut la main. Mais cela ne s’est pas fait sans mal. Le pavé est un produit naturel. Dans un même lot, il peut y avoir des variations dimensionnelles. »

« Quand on réalise un pavage sur une telle largeur et en mosaïque, un décalage est susceptible de se produire vu d'en haut. Ce n'est pas beau. Les paveurs ont donc tendu des fils correspondant aux motifs spécifiques du tapis. Ils ont ensuite posé les pavés en longeant ces lignes. Les pavés rouges, les plus nombreux, ont ensuite été recoupés pour que les faces soient bien alignées. Cela a demandé beaucoup de travail. Ils ont travaillé en trio. Un ouvrier lisait le plan, un autre présentait le pavé de la bonne couleur et le troisième le posait. »

Chercher l’erreur

Rixt révèle un secret aux visiteurs : « Les tapis d’Orient cachent toujours un petit défaut. Nous n'avons pas dérogé à la règle. Je ne vous dirai pas où C’est à vous de le découvrir ! L'entrepreneur avait d'abord corrigé « l’erreur ». Ce n'était évidemment pas prévu. Notre tapis présente donc bien une petite anomalie. C'est aux visiteurs de la trouver. »

Un havre de paix

« En définitive, le quartier a été nettement embelli, ajoute Rob avec enthousiasme. Le nouveau port de plaisance est un atout touristique. Nous avons également installé de jolis bancs et multiplié les places de stationnement. Le tapis décoratif, le panorama et l’écrin de verdure : le tout crée un lieu public incroyablement ouvert. Nous espérons que les entreprises seront plus nombreuses à prendre conscience de l’intérêt de l’esplanade, qui offre une foule de possibilités d'activités et d’animations. Quelques terrasses gagneraient à agrémenter les lieux. C’est devenu un havre de paix pour les flâneurs du boulevard du meuble. Il fait bon s’y détendre un peu après le shopping. »

Informations relatives au projet

Maître d’ouvrage : Municipalité de Beverwijk
Projet : Municipalité de Beverwijk, Rixt Hofman
Maître d'œuvre : Germieco
Coloris : Terra Marrone, Terra Robina, Terra Romana, Terra Fiore
Format : DF


keyboard_arrow_left keyboard_arrow_right
keyboard_arrow_right keyboard_arrow_left

Project